jeudi 20 juillet 2017

Samedi 31 mai 2014 : Les Mujouls – Le Plan d’Entrevaux.

Comme hier, et pour les mêmes raisons météorologiques, je me mets en route à 7h45.
Le GR 4 s’engage dans un sentier caillouteux qui descend à Collongues. Il se poursuit sur une route départementale puis, à hauteur d’une bergerie, bifurque dans la rocaille en une raide grimpée. L’espace forestier résonne du chant des grives musiciennes.
Amirat est encore un village perché que j’atteins en même temps qu’un troupeau de moutons. Sortant du village, je m’engage vers un collet et franchis le ravin du Passé. Je grimpe jusqu’à la crête de Chadastier (1154 m). Là je descends le versant nord jusqu’à l’Hubac d’Amirat et, par une sente à travers prés, je rejoins un sentier qui mène au vallon du Castelet.
Ici se termine le parc naturel régional des Préalpes d’Azur. C’est également la limite des départements des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence.

Peu après le pont, le GR emprunte un chemin dans les prés, traverse Castellet-St-Cassien puis remonte une longue combe sous forêt. Des traces de la grêle d’hier soir subsistent encore par endroits. Le sentier de randonnée débouche sur un col, à côté d’un pylône, où sont entreposés sous un cerisier un vieux tracteur, une table et des chaises. Je choisis de m’arrêter là pour manger, utilisant les chaises et la table, le dos au soleil. J’en profite pour picorer quelques cerises.
Par la suite, le sentier s’engage à flanc de vallon et rejoint une crête. Puis c’est une longue descente en lacets vers la vallée du Var. J’atteins un espace nu de grandes plaques de roches calcaires lissées que je dois traverser. Je débouche alors à 14h, après le passage de quelques ravins, sur Entrevaux.
C’est une pittoresque petite ville située sur la rive gauche du Var. Elle fut ville frontière entre la Provence française et les états du roi de Sardaigne. Plus tard, elle fut fortifiée par Vauban qui a remanié la citadelle.
Je retrouve Viviane au débouché du sentier. Entre-temps, elle a lié connaissance avec une dame qui habite la maison voisine.
Le balisage du GR s’arrête à la gare. Il ne reprend qu’au Plan d’Entrevaux, à 2km au nord-ouest, car il est déconseillé d’emprunter la N202, très fréquentée. Il existe une possibilité de prendre le train, mais comme j’ai retrouvé Viviane, nous empruntons avec le Ducato cette route, effectivement fréquentée, jusqu’au Plan d’Entrevaux.

Puisque nous cherchons un lieu pour nous arrêter, nous continuons la route jusqu’à rejoindre le camping du Brec, en face sur l’autre rive du Var. Comme il se doit, la pluie s’invite. [Pour prendre connaissance de mon courrier, je tente un essai de liaison internet par wifi. Après plusieurs tentatives auprès des tenanciers du camping, l’opération s’avérera infructueuse !]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire